Dans notre démarche zéro déchet, le pilier du recyclage se trouve bon dernier mais il n’en est pas moins important. La prévention des déchets et le tri restent des approches complémentaires. Car, lorsqu’on ne peut pas refuser, ni réduire, ni réutiliser, comment trier correctement ses déchets ménagers afin qu’ils puissent être effectivement recyclés ?

Une bonne partie du contenu de nos poubelles pourrait être valorisée.
Les deux tiers de nos déchets pourraient être valorisés…

Ayant eu la chance de visiter un centre de tri, nous allons essayer de vous partager ce que nous avons appris lors de cette expérience très enrichissante et de vous transmettre quelques bonnes pratiques. Il nous semble important de vous expliquer ce que deviennent nos déchets d’emballages ménagers, dits recyclables, une fois collectés et en quoi notre tri quotidien est essentiel. Nous excluons ici le verre qui fait l’objet d’une collecte séparée par apport volontaire.


Le tri et le recyclage à Nantes Métropole


Pourquoi recycler ?

Le geste de tri permet de réduire la part de déchets dits ultimes, c’est-à-dire non valorisables dans les conditions techniques et économiques du moment.

Notre sac, ou bac, jaune contient des déchets d’emballages ménagers qui font l’objet d’une valorisation matière en vue d’un recyclage. Ces déchets sont collectés séparément, triés dans un centre de tri suivant le type de matériaux et envoyés vers la filière de recyclage adaptée. L’étape de recyclage consiste ensuite à récupérer la matière première de nos emballages. Cette matière recyclée est introduite dans un nouveau circuit de fabrication en remplacement ou en complément de la matière première vierge.

Ainsi, nous réduisons la part de matière prélevée dans l’environnement (sable pour le verre, fibres de bois pour le papier et carton, charbon pour l’acier, bauxite pour l’aluminium, etc.).

De plus, le recyclage est plus avantageux économiquement que l’élimination pour la collectivité ainsi que pour votre facture. Et cela ne va cesser de se vérifier. Aujourd’hui, sur votre taxe d’ordures ménagères, les déchets recyclables représentent environ 10% de la facture pour 10% du poids total de vos déchets ménagers collectés à l’année. Les ordures ménagères résiduelles (déchets de votre poubelle grise ou sac Tri’Sac bleu), considérés comme déchets ultimes, pèsent pour 60% de la facture pour 40% du poids total. Les autres flux concernés par votre facture sont le verre, les déchets amenés en déchèterie et les autres déchets (médicaments, bouteilles de gaz). La réglementation prévoit d’augmenter la taxe des déchets enfouis ou incinérés : c’est la fameuse taxe générale sur les activités polluantes (TGAP). Elle est basée sur le poids en tonnes des déchets réceptionnés. Donc si nous voulons diminuer la facture, il va falloir baisser les tonnages de déchets ultimes par de la prévention et du tri.

Que mettre dans son sac/bac jaune ?

Les consignes de tri différant selon les collectivités, nous allons nous intéresser ici à ce qui doit être fait, en terme de tri, par les habitants de Nantes Métropole. 

Depuis le 1er janvier 2021, l’extension des consignes de tri est applicable à l’ensemble des 24 communes de Nantes Métropole.

Avec l’extension des consignes de tri, tout emballage ménager du quotidien (plastiques, métaux, papiers, cartonnettes, etc.) a sa place dans le sac/bac jaune. Concernant le papier, tout ce qui se lit ou ce qui sert à écrire peut être mis dans le sac jaune (journaux, magazines, papier à écrire, enveloppes, etc.). N’oubliez pas que les gros déchets d’emballages type cartons doivent être apportés en déchèterie car, avec leur gros volume, ils risqueraient de bloquer les lignes de tri. Le tri que vous effectuez chez vous à la maison conditionne la valorisation, qualitative et quantitative, qu’il sera possible de faire derrière. 

Le tri effectué en centre de tri, à l’usine Arc-en-Ciel à Couëron, est essentiellement automatisé. Nos erreurs de tri ne sont pas toutes rattrapées par les machines ou lors du sur-tri effectué en fin de chaîne par des agents valoristes. Ces erreurs de tri provoquent des perturbations sur la chaîne de tri, avec des arrêts techniques, et diminuent la qualité des matériaux vendus aux recycleurs. Les recycleurs ont besoin de déchets propres, c’est-à-dire sans élément étranger, afin de produire une matière recyclée de qualité.

Si vous avez un doute sur le tri de vos déchets, n’hésitez pas à consulter le site Mieux trier à Nantes, à utiliser leur application mobile ou de consulter le site de Nantes Métropole.


Le cas particulier du Tri’sac

Certains d’entre nous sont en zone Tri’sac. Nous avons un sac Tri’sac bleu pour les ordures ménagères et un sac Tri’sac jaune pour les déchets recyclables. Le tout est jeté dans la même poubelle et collecté par la même benne à ordures. Une étape de séparation de ces sacs est alors indispensable. Elle est effectuée sur le site d’Alcea, à la Prairie de Mauves. Les sacs jaunes sont séparés des sacs bleus par tri optique avant d’être acheminés vers le centre de tri Arc-en-Ciel, à Couëron. Les sacs bleus sont incinérés sur place à Alcea.

Pour que cette étape de séparation se déroule au mieux, il est essentiel que vos sacs soient correctement fermés à l’aide des anses. Cela empêchera le déversement du contenu de vos sacs sur les convoyeurs et permettra un bon transfert vers le centre de tri. Il est tout aussi important que vous utilisiez les sacs Tri’sac jaunes opaques fournis par la ville. En effet, le trieur optique ne reconnaît que la couleur jaune opaque et ne sera pas fonctionnel si vous utilisez un autre sac (type jaune transparent).Le retrait de vos sacs Tri’sac se fait en point de distribution relais ou au Comptoir du Tri, en utilisant votre carnet Tri’sac. Pour plus d’informations, vous pouvez consulter le site de Nantes Métropole.


Bonnes pratiques


Vider ses emballages

Les emballages mis en sac jaune doivent être vidés afin que leur contenu ne se répande pas sur les tapis et dans les équipements de la chaîne de tri. Il n’est pas nécessaire d’effectuer une opération de lavage de vos emballages néanmoins il est préférable de les rincer s’ils sont très sales et susceptibles de générer des odeurs.  Cette attention sera très certainement bien accueillie par les personnes travaillant en centre de tri.

Convoyeurs d'usine de tri
Convoyeurs de chaîne de tri


Ne pas déchirer en petits bouts ses déchets

Après leur arrivée au centre de tri, les emballages en vrac, provenant des bacs jaunes, et les sacs jaunes sont déposés sur des convoyeurs. Une machine permet d’ouvrir les sacs afin de libérer leur contenu. Les déchets passent ensuite par une première étape de tri qui consiste à éliminer les déchets de très petite taille. L’équipement utilisé pour cette opération est un trommel, sorte de cylindre dont la surface est perforée. Le trommel est en rotation sur l’axe horizontal et va évacuer les petits déchets qui auront pu passer à travers le maillage. De ces déchets de petite taille, seuls les composants métalliques (acier, aluminium) pourront être récupérés.

Trommel en fonctionnement
Trommel en fonctionnement


Ne pas compacter les contenants

Une fois les petits éléments retirés, les emballages restants traversent le séparateur balistique. Des planches inclinées sont actionnées mécaniquement et font rebondir les déchets. Les corps plats (cartonnettes, papier, films plastiques, etc.) ne rebondissant pas, sont séparés des corps creux (flacons, bouteilles, aérosols, etc.) de cette façon. Ainsi une bouteille qui aurait été totalement aplatie sur sa base pourrait ne pas être correctement triée lors de cette étape. Il est conseillé de la plier dans sa longueur puis de la couder pour qu’elle puisse être triée tout en prenant moins de place.


Laisser les emballages en vrac et ne pas les imbriquer entre eux

A la suite, les éléments métalliques sont extraits des déchets :

  • Les emballages en acier (boîtes de conserve, aérosols, etc. ) sont captés par des overbands. L’overband est un système magnétique, ou aimanté, situé à l’intérieur d’un châssis autour duquel tourne une bande d’évacuation. L’aimant attire les composants ferreux sur la bande d’évacuation située au-dessus du convoyeur et les entraîne hors de la ligne. Quand l’attraction cesse, les emballages retombent sur un autre convoyeur.
  • Les emballages en aluminium (canettes, barquettes de congélation, etc.) sont eux extraits grâce à un séparateur à courant de Foucault. Le séparateur, situé en fin de ligne sous le convoyeur, génère un courant magnétique qui vient repousser les composants en aluminium. Ces éléments sont soulevés du tapis et projetés à distance sur un autre convoyeur. Les autres déchets, quant à eux, tombent sous l’effet de la gravité sur le convoyeur suivant.

L’une des dernières étapes est le tri optique. Les emballages sont séparés suivant le type de matériaux ou de résines pour les plastiques. Ces trieurs optiques disposent d’une caméra infrarouge qui vient identifier la matière puis, un jet d’air comprimé les aiguille et les envoie vers différentes sections.

Ainsi, si vos emballages sont imbriqués, ces étapes de séparation ne pourront se faire car les matériaux ne pourront être dissociés et orientés vers le bon flux. De même, il est important de détacher les opercules de pots de yaourt ou de barquettes de jambon car ils ne sont pas faits du même matériau que le reste de l’emballage.

Pour ces raisons-là, il est aujourd’hui très difficile de trier et donc de recycler les emballages constitués de multi-matériaux tels que les paquets de chips où sont associés du plastique et de l’aluminium.  Préférez des emballages mono-matériaux à fort taux de recyclabilité comme le bocal en verre ou la boîte de conserve.


Que deviennent nos déchets en fin de chaîne de tri ?

Emballages en fin de chaîne

En fin de chaîne, un sur-tri est effectué par des valoristes qui contrôlent la qualité du tri effectué par les machines. Ils enlèvent les refus et orientent les erreurs de tri vers le bon flux.

Neuf matières différentes qui pourront être recyclées sont finalement obtenues. Les matériaux les moins denses comme les cartonnettes et l’acier sont compactés et conditionnés en balles afin d’optimiser le transport. Le reste est mis en vrac dans des camions. Ces matières triées partent vers les usines de recyclage localisées en France et à l’étranger. Cela dépend du type de matière, du coût de rachat de la matière par le recycleur et aussi de l’implantation des usines de recyclage.

Quant aux refus de tri, ils sont envoyés en incinération ou en enfouissement. Ceux-ci concernent aussi bien les erreurs de tri des citoyens que des emballages dont la filière de recyclage n’existe pas, comme c’est le cas du polystyrène alimentaire et beaucoup d’autres résines plastiques. Ainsi, pour qu’un matériau soit recyclé, il faut que des technologies de tri et de recyclage soient mises au point, qu’elles ne soient pas trop onéreuses, qu’elles produisent une matière recyclée de qualité et qu’enfin la matière recyclée trouve des débouchés. A titre d’information, l’usine Arc-En-Ciel affiche un taux de refus de tri de 19% sur l’année 2019.


Pour récapituler…


Le recyclage est un processus important dans la gestion de nos déchets et dans la préservation de nos ressources. Il connaît toutefois ses limites et demeure une solution imparfaite à l’atteinte d’un développement durable et d’une économie réellement circulaire. Le tri de nos déchets d’emballages ménagers en centre dédié est une étape très complexe techniquement, coûteuse et consommatrice d’énergie. De plus, avant d’obtenir une matière recyclée, de nombreux poids lourds ont déplacé nos emballages entre notre domicile, le centre de tri et l’usine de recyclage qui se trouve parfois hors de nos frontières. Enfin, n’oublions pas que nos emballages ne se recyclent pas indéfiniment. Les propriétés physiques et chimiques de certains matériaux tels que le plastique ou le papier sont altérées lors du processus et deviennent dans le temps inutilisables. 

Néanmoins, ne négligeons pas notre tri qui permet de valoriser, dans une certaine mesure, la matière de ce que nous ne pouvons réduire. N’oublions pas que des hommes et des femmes travaillent pour la gestion de nos déchets. Nous voulons leur faciliter au maximum la tâche et les remercier. Pour mieux vous rendre compte du devenir de nos déchets, nous vous invitons, dès que la situation sanitaire sera plus favorable, à visiter l’un des centres de tri et de traitement des déchets présents sur le territoire de Nantes Métropole : l’usine Arc-En-Ciel à Couëron et l’usine Alcea à la Praire de Mauves.

Il va sans dire que le meilleur geste reste la réduction de nos déchets.


… Et pour aller plus loin !



Par Clara P.
Conseil technique par Grégoire Q.
Relecture par Océanne G.
Edité par Gautier R.

Comments (1)

  1. Pingback: extensions de tri à Nantes Métropole | Chap&Graines

Leave a comment

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

*

code